Presse

7 ventes aux enchères à suivre en juillet

Connaissance des arts – 30 juin 2020

“Les audacieux sièges du comte d’Artois mis aux enchères par Artcurial”.

Voir l’article en ligne

Faute de commission Versailles ne peut préempter une commode

La Tribune de l’art – 17 décembre 2016

“Elle a été achetée, sur les conseils de l’antiquaire Camille Burgi, par un collectionneur privé russe francophile habitant entre la Russie et la France.”

Une commode bientôt de retour à Versailles ?

Connaissance des arts – 15 décembre 2016

“C’est l’antiquaire Camille Bürgi qui a acheté la commode pour un collectionneur étranger, fasciné comme lui par le Château de Versailles.”

Camille Bürgi : le héraut de Drouot

La Tribune – 5 octobre 2001

” Ce grand antiquaire spécialiste du XVIIIe préside l’association parisienne “Quartier Drouot”. “C’est maintenant que les acheteurs peuvent faire des affaires car les marchands ont besoin de liquidités”.”

Charles Aznavour, roi du Quartier Drouot

First Class Paris – 27 novembre 2000

“Charles Aznavour, toujours là au déjeuner que donne, à la cave Drouot, le grand antiquaire Camille Bürgi, président de l’association Quartier Drouot (…).”

XXe Biennale des Antiquaires : Camille Bürgi, esthète passionné

Paris Match – 7 septembre 2000

“Camille Bürgi expose cette année encore une pièce maîtresse rarissime, un secrétaire en laque camomille estampillé Rübestruck, fruit des “graines de sa passion”, comme il appelle ses objets de collection”.

Quartier Drouot : An deux

Quoi de neuf à Paris ? – novembre 1999

“Il a mille fois raison l’antiquaire Camille Bürgi, Président de l’association du quartier Drouot, de dire : “l’unique moyen pour bâtir à nouveau cette source du beau est à la liberté des transactions, l’élan des échanges, des contacts internationaux. Il n’y a pas que Londres ou New York, n’oublions pas que Paris a toujours eu la place centrale dans l’histoire de l’art”.”

Profession : Antiquaire

Entreprendre – octobre 1999

“On n’est jamais antiquaire par hasard, à défaut d’autre chose. Petit garçon, Camille Bürgi visitait avec sa mère les musées et les galeries d’art”.”

Dîner de la Biennale des Antiquaires 1998

Paris Capitale – octobre 1998

“Quand les antiquaires font la fête, ils sont d’un modernisme étonnant et n’hésitent pas à invoter tout ce que Paris compte de personnalités chixs, pleines d’esprit et de goût.”

Camille Burgi entouré de Catherine Deneuve et Charles Aznavour.

L’époque XVIIIe sublimée par Camille Bürgi

Paris Capitale – septembre 1998

“S’il n’est pas issu du milieu traditionnel des marchands, Camille Bürgi en possède la discrétion et la rigueur. Cet antiquaire de quarante-six ans est apprécié pour sa simplicité par ses nombreux clients, dont de multiples personnalités (…).”

Camille Bürgi, les ailes du désir

Paris Capitale – juin/juillet 1998

“Camille Bürgi (…) spécialiste du mobilier et des objets d’art du XVIIIe siècle, est l’homme qui détecte les chefs-d’oeuvre, par goût et par vocation. Rencontre avec un dénicheur d’émotions.”

Deux mois après la Biennale des Antiquaires 1996

Connaissance des Arts – décembre 1996

“Début novembre, Camille Bürgi totalisait six pièces vendues sur les douze publiées dans son catalogue de la Biennale et recevait deux propositions par semaine pour sa splendide commode de Weisweiller.”

Biennale des Antiquaires 1996

Quoi de neuf à Paris ? – septembre 1996

“Camille Bürgi (stand 93) présentera le fruit de ses recherches passionnées et notamment un vase en porphyre Louis XV-Louis XVI, une suite de quatre fauteuils Louis XV et, surtout, cette pièce rare, une desserte de Weisweiller estampillée (Louis XVI).”

Volupté et frustration à la Biennale des Antiquaires

Le Monde – 14/15 septembre 1996

“Si Camille Bürgi parvient à vendre son exceptionnelle desserte en tôle laquée estampillée Weisweiller (1744-1820), son année est assurée. En toute confraternité, ses voisins susurrent aux amateurs des prix délirants, pour ce meuble qui est sans doute un des plus remarquables du Salon”.

Biennale : ces antiquaires à la fête du Carrousel

Le Journal du Dimanche – 8 septembre 1996

“A voir entre autres : la splendide desserte de Weisweiller (époque Louis XVI) estimée 12 millions de francs chez Camille Bürgi”.

La Biennale est sublime

La Libre Belgique – 14/15 septembre 1996

“Il faut encore aller (…) chez Camille Bürgi pour admirer, outre des objets de bronze doré à tomber mort, une desserte de Weisweiller elle aussi ornée de motifs végétaux en laque, qui fait rêver.”

Les prix à la Biennale

Le Monde – 20 septembre 1996

“Cette année, le meuble le plus cher est une desserte à ressaut d’Adam Weisweiller, d’époque Louis XVI, à décor en laque, annoncée à 12 millions de francs par Camille Bürgi.”

Mobilier 

L’objet d’art – septembre 1996

” Un chef d’oeuvre de Weisweiller présenté par Camille Bürgi à la Biennale des Antiquaires.”

Bille-en-tête : le retour du surdoué

Aladin – décembre 1994

” “Plutôt arrêter que de baisser la qualité”. Egal à lui-même, Camille Bürgi revient de ses pérégrinations en Europe et aux Etats-Unis et sera bien présent à la XVIIe Biennale des Antiquaires ce mois-ci à Paris, avec un lot de marchandises du XVIIIe siècle, sa spécialité, dont il n’a pas à rougir.”

Les Gens

Libération – 21 novembre 1994

“Camille Bürgi, 43 ans, a fait “un tabac” à la Biennale des Antiquaires. Il a vendu une table de pierre dure XVIe 750.000 F (un prix qu’il regrette presque), un salon Louis XVI 600.000 F, un guéridon Empire 250.000 F… Retour réussi donc pour le “surdoué”, comme l’appellent certains de ses confrères.”

Camille Bürgi : le temple du XVIIIe

Paris Capitale – décembre 1992

“On peut dire en effet que Camille Bürgi (41 ans) est à l’antiquité ce que Lanvin est à la mode”.